Le pouvoir local et la reconstruction de l'Etat libanais

par Nabil Bassil

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jacques Basso.

Soutenue en 1986

à Nice .


  • Résumé

    Le problème du pouvoir local au Liban surgit avec l'éclatement du pouvoir central. L'étude de l'histoire de ce pays decèle une lointaine antériorité du pluralisme politique (tout autant que communautaire et culturel) par rapport à l'unité et au centralisme de l'Etat, qui ne sont que de fraiche date. L'Etat nait en 1920 et devient république en 1926. Un pouvoir local purement administratif se produit par des textes, de la volonté etatique. Le pluralisme est banni au nom de l'unité et de l'homogénéité, et les institutions créees sont loin de traduire la realité sociale libanaise de manière fidèle. La municipalité, le syndicat ou la fédération de municipalités, le moukhtariat et le comité communal sont les seules institutions de pouvoir local. Le moukhtariat est seul généralise, mais ses affaires et son etendue démographique sont très réduites. Le comité communal est à vocation unique et s'efface là où une municipalité se crée. La municipalité et la fédération de municipalités marquent une certaine réussite mais le chemin qu'elles se frayent bute contre des obstacles considérables dressés par le pouvoir central. Les obstacles concernent leur création, la dévolution de leurs mandats, leurs affaires, leurs finances et le contrôle qu'elles subissent. L'observation de la vie pratique de ces institutions montre l'omniprésence de l'influence des pouvoirs non-institutionnalises : les communautés religieuses-culturelles. Ce pluralisme occulte par la volonté étatique n'est pas vaincu, loin s'en faut. Il immerge tout dans sa mouvance : formations politiques, familles et individus. Pourtant le pouvoir local vit et évolue tant bien que mal. S'il correspond à une vision centralisatrice, il constitue également une nécessité locale et remplit un rôle territorial indispensable. Cependant depuis quelques années le vent du pluralisme soufle de plus en plus fort et la disparition politique de l'Etat est à craindre. Une reconstruction qui reconsidère l'institutionnalisation du pouvoir local s'avère de toute urgence. L'appartenance communautaire inspire tous les projets proposés pour une réforme. Donnons libre cours au pluralisme local, reconnaissons-lui les affaires qu'il estime siennes, asseyons-le sur un territoire propre et que l'unité de l'Etat naisse de la volonté de coopération et de vivre en commun.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (320 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie (f. 292-313). Notes bibliographiques en bas de page.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque Droit et Science politique.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 86NICE0017
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.