Preuves de terminaison des systèmes de réécriture associatifs commutatifs : Une méthode fondée sur la réécriture elle-même

par Isabelle Gnaedig

Thèse de doctorat en Sciences appliquées

Sous la direction de Pierre Lescanne.

Soutenue en 1986

à Nancy 1 , en partenariat avec Université Henri Poincaré Nancy 1. Faculté des sciences et techniques (autre partenaire) .


  • Résumé

    L'objet de cette thèse est la réalisation d'un outil de preuve pour la terminaison des systèmes de réécriture équationnels. Tout particulièrement dans le cas de la théorie associative-commutative. Nous fondant sur un théorème général de terminaison équationnelle, nous construisons un ordre sur les termes, possédant les propriétés requises par ce théorème. Puis nous donnons les justifications théoriques des propriétés de notre ordre, apportant ainsi un outil validé de preuve de terminaison des systèmes de réécriture associatifs-commutatifs. Nous proposons de plus une démonstration complète d'une propriété de l'ordre qui rend cette méthode de preuve implantable dans le cas général des termes avec variables : La stabilité par instanciation. Nous exposons enfin le champ d'application de l'ordre construit, en expliquant son fonctionnement sur une série d'exemples usuels de systèmes de réécriture associatifs-commutatifs


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (68 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 64-68

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine (Villers-lès-Nancy, Meurthe-et-Moselle). Direction de la Documentation et de l'Edition - BU Sciences et Techniques.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : SC N1986 11
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.