La construction sociale de l'identité : étude micro-sociologique d'un réseau d'immigrés italiens

par Michel Peroni

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Philippe Fritsch.

Soutenue en 1986

à Lyon 2 .


  • Résumé

    A travers l'étude d'un réseau d'immigrés italiens en france, il s'agit d'étudier les modalités selon lesquelles se perpétue l'appartenance au "pays" d'immigrés pretendument assimilés, les procédés par lesquels les membres assurent l'existence, comme composante identitaire, d'une "étrangéité" qui a aujourd'hui perdu de sa visibilité. Dans une première partie, on considère donc, du point de vue diachronique, à partir de comptes rendus de l'expérience migratoire, le processus par lequel le "pays", qui dans les premiers temps de l'immigration (émigration saisonnière) était inscrit dans le monde de la vie quotidienne (présence d'un milieu qui reproduisait la communauté d'origine) en est venu (avec la constitution de sphères privées) a n'être plus qu'une région de signification autonome, distincte du monde de la vie quotidienne. Dans la seconde partie, on considère d'un point de vue synchronique, la question de la liaison entre régions de significations, à partir d'une observation participante en situation de retrouvailles (où le monde du pays fait irruption dans le monde de la vie quotidienne) et de retour (où le monde du pays est confronté à la vie quotidienne au pays. . .


  • Résumé

    This work is an analysis of an italian immigrant's network in france. The study is intented to underscore the different ways by which so called assimilated immigrants continue to belong to their "home", the different methods by which members manifests the existence, as a part of their identity, of a strangerness which is today less and less visible. In the first part of this work, with a diachronical point of view and from accounts of the migratory experience, we consider the process through which the "home", incorporated during the first times of immigration (seasonal emigration) in the daily life world (by reproduction of traditional community), has become (with the emergence of nuclear families) only an autonomous province of meaning, separated from the daily life world. In the second part, with a synchronical point of view, we consider the question of relationships between province of meaning, from a participant observation in situations where network members meet themselves again (there, the homeworld burst in the daily life world) and situations of return(there, the homeworld is confronted with the daily life at home). . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (365 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 360-365

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.