Les performatifs explicites. Domaine anglais contemporain

par Franck Nicoloff

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de JEAN LAVEDRINE.

Soutenue en 1986

à Grenoble 3 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette these etudie la semantique et la pragmatique des enonces dits "performatifs explicites". Ses quatre premiers chapitres tentent d'invalider la these "descriptiviste" de ces unites en montrant que : (1) la performativite n'est pas une propriete semantique des verbes lexicaux, et n'est pas justifiable par une computation semantique non ad-hoc (cela est montre par une exploration du lexique). (1') un recours au sens intentionnel (griceen) des enonciations se revele egalement inapte a fournir un modele explicatif rendant compte du phenomene. (2) les performatifs explicites ne peuvent etre consideres comme assertant laproposition que "je x par la presente" sans transformation de l'acte d'assertion en non-entite illocutionnaire. Ils ne sont en outre ni des incises ordinaires, ni des propositions principales ordinaires. (3) les performatifs explicites sont denues de valeur de verite. Leur propriete presumee d'"autoreferentialite", "autointerpretativite" et d'"autoverifiabilite" n'est qu'une vue de l'esprit, comme le montrent en particulier les cas d'infelicite. Les performatifs explicites ne peuvent etre consideres comme vrais-ou-faux qu'au prix d'une inacceptable distorsion de ces notions. (4) les performatifs explicites ne fonctionnent pas par indirection, et ne sont pas des cas d'implicitations conversationnelles standardisees. La partie (5) definit et defend une analyse "conventionaliste" des illocutions et des performatifs explicites. Les formules "je x" sont a considerer comme de purs ludemes, des signes d'actions conventionnels a valeur semantique purement pragmatique-interactive, dont la fonction est strictement l'accomplissement de coups dans des jeux socio-institutionnels. Conclusion etayee par des donnees etymologiques, et par les arguments grammaticaux de la partie (6), ou l'on voit que la syntaxe et la semantique de ces enonces est exceptionnelle, proche de celle des interjections. Comme ces dernieres unites, le performatif explicite reclame que la theorie semantique s'augmente d'une composante pragmatique, une pragmatique integree.


  • Résumé

    This dissertation investigates the semantics and pragmatics of explicit performative utterances. It challenges the principles of "descriptivist" explanations of those units to show that : (1) performativity is not a semantic property of lexicals verbs, and cannot be accounted for by non-problematic semantic computations, as shown by the analysis of many examples from the lexicon. (1') nor can the invocation of the intentional (gricean) meaning of utterances be expected to provide a set of valid criteria for performativity and an explanatory model of any power. (2) explicit performatives cannot be seen as statements of the proposition-that -"i hereby x" without analysts being compelled to turn the act of asserting into a pragmatic non-entity. Nor can they be seen as either comment-clauses or highest matrices of an ordinary kind. (3) explicit performatives are truth-valueless. Their assumed "self-referential" "self-interpretative" and "self-verifiable" value is proved to be illusory, as shown in particular in cases of infelicity. Considering explicit performatives as true or false can be achieved only at the expense of an intolerable disortion of these notions. (4) explicit performatives do not work by indirection, and are not cases of standardised conversational implicatures. Part (5) defines and defends an alternative, "conventionalist" theory of illocutions and performativity. "i (hereby) x" formulas are to be seen as pure ludemes, or conventional action-signs whose only semantic status is pragmaticinteractive, and whose function is to operate moves in socio-institutional games. This is buttressed both by etymological considerations and the grammatical analyses in part (6), where the syntax and semantics of explicit performatives is shown to be exceptional, close to that of interjections. Like the latter units, explicit performatives require the integration of a pragmatic component into the semantic theory.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/1986/44/1
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/1986/44/1/D
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/1986/44/2
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/1986/44/2/D
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.