La Représentation littéraire du libertin du Père Garasse à Molière

par Louise Godard de Donville

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Roger Duchêne.

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette these etudie le personnage du libertin dans les textes qui le mettent en scene entre 1623 (la doctrine curieuse du pere garasse), et 1665 (dom juan de moliere). Ce n'est donc pas la realite libertine (evenements, courants de pensee, individus et oeuvres), qui est ici consideree, mais la facon dont elle est representee dans le "libertin". Dans la premiere partie, on expose les sources et on etudie la nature du libertin tel qu'il s'observe dans la doctrine curieuse. L'etude des sources fait apparaitre une continuite entre les actes des apotres et l'oeuvre de garasse. Au debut du viiie siecle, bede le venerable, auteur qui fait la synthese d'exegeses anterieures, souligne que le "libertin" de la synagogue du 1er siecle est marque d'une tare "servile" ; il y voit le symbole de son "esclavage" au peche, et en fait la "figure" de l'eglise des heretiques, l'antithese du fidele en qui reside l'esprit. C'est deja l'adversaire de "toute foi et saintete". Exegeses manuscrites (au moyen-age) et imprimees (au xvie siecle) perpetuent cette representation du "libertin" que calvin applique a une secte d'heterodoxes en 1545, et que le pere garasse utilise contre de "beaux esprits" incredules en 1623. Cependant, le second accentue la signification apologetique du "libertin", qui devient la demonstration de la presence demoniaque parmi les hommes, "tour de babel de l'atheisme", corps mystique de satan. . . Dans la deuxieme partie, on suit l'evolution du personnage entre 1623 et 1665. Le libertin perd sa dimension metaphysique, mais garde sa psychologie : c'est l'impie, l' insipiens du psaume 14, ennemi insense de la religion et de la morale. Il garde aussi sa fonction polemique et apologetique : c'est l'interlocuteur universel du theologien, qu'il faut convertir, convaincre, ou confondre. De ce fait, il assume toutes les impietes des ennemis de la foi, mais aussi toutes les objections des incredules, et tous les doutes des catholiques ebranles, tiedes, ou dissidents, et sert admirablement les desseins des artisans de la contre-reforme. La conclusion montre comment "l'insense" biblique devient, dans dom juan, le rebelle qui s'affranchit de toute contrainte religieuse ou morale.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : VII-800 p
  • Annexes : 528 réf. bibliogr

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines (Fenouillères).
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5297-1986-6
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 87-70
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.