Structure, expression et localisation de gènes de protéines contractiles synthétisées durant la différenciation myogénique chez la souris

par Benoît Robert

Thèse de doctorat en Sciences de la vie, biologie, biochimie

Sous la direction de Directeur de thèse inconnu.

Soutenue en 1985

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .

Le président du jury était Piotr Słonimski.

Le jury était composé de Piotr Słonimski, François Rougeon, François Gros, Michel Jacquet, Margaret Buckingham.

Les rapporteurs étaient François Rougeon.


  • Résumé

    La différenciation des cellules du muscle squelettique peut se dérouler en culture in vitro, où les myoblastes fusionnent en myotubes multinucléés. Au cours de cette transition, la synthèse de nombreuses protéines spécifiques du muscle est activée. Pour étudier les mécanismes qui président à cette expression, nous avons préparé et caractérisé des plasmides recombinants pour des séquences de cDNA de protéines contractiles. A l'aide de ces sondes, nous avons étudié l'accumulation des mRNA de ces protéines contractiles au cours de la différenciation terminale des myoblastes. Celle-là précède de peu l'accumulation des protéines correspondantes, suggérant une régulation au niveau de la transcription. Un gène correspondant à l'un de ces cDNA a été isolé et caractérisé en détail. Il code pour deux protéines, les chaînes légères de la myosine MLC1F et MLC3F. Les deux messagers sont générés probablement à partir de deux promoteurs distincts, par un système d'épissage différentiel qui associe des exons communs aux exons spécifiques de chaque mRNA. Une analyse phylogénique révèle des séquences conservées en 5' des deux promoteurs, qui constituent potentiellement des signaux de régulation pour l'expression de ce gène complexe. Un deuxième locus homologue à ce gène renferme un pseudogène de type réinséré. Une analyse génétique mendélienne a été menée à l'aide de ces sondes dans un croisement entre deux espèces de souris interfertiles. Il apparaît que les gènes des isoformes de ces protéines contractiles ne sont pas liés, à l'exception de ceux des chaînes lourdes de la myosine. La caractérisation structurale de ces gènes ouvre la voie à une analyse fonctionnelle des mécanismes par lesquels leur expression est contrôlée.

  • Titre traduit

    Gene structure expression and localization of contractile proteins synthetized during myogenic differentiation in mouse


  • Résumé

    Skeletal muscle cells can differentiate in cell culture conditions, when myoblasts fuse into multinucleated myotubes. During this transition, synthesis of a number of muscle specific proteins is activated. To study the mechanisms underlying this expression, we have prepared and characterized cDNA recombinant plasmids for contractile proteins. Using these probes, we have investigated the accumulation of the mRNAs for these contractile proteins during terminal differentiation of the myoblasts. This accumulation takes place just before that of the corresponding proteins, suggesting that the regulation operates at the transcriptional level. A gene corresponding to one of our cDNAs was isolated and characterized in detail. It encodes two proteins, the myosin light chains MLC1F and MLC3F. The two messengers are probably generated from two distinct promotors, by an alternative splicing mechanism which associates the common exons to exons specific for each mRNA. Phylogenetic analysis reveals conserved sequences 5' upstream of both promotors, which might constitute signals in the regulated expression of this complex gene. A second locus homologous to this gene contains a processed pseudogene. Mendelian genetic analysis was performed using these probes in a cross between two interfertiles mouse species. Genes for the isoforms of contractile proteins appear to be unlinked, with the exception of those for the myosin heavy chains. Structural characterization of these genes is a first step toward a functional analysis of the mechanisms which regulate their expression.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (pagination multiple 114-[84] p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 97-114

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1985)233
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-034061
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.