Les chromosomes B du mil : leur gestion dans une forme spontanée, Pennisetum violaceum, et leur transfert dans des lignées cultivées

par Chantal Amouroux-Pezas

Thèse de doctorat en Cytogénétique

Sous la direction de Directeur de thèse inconnu.

Soutenue en 1985

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Les chromosomes surnuméraires de type B observés au sein de certaines populations nigériennes de Pennisetum violaceum (Burm. ) Stapf et Hubb. (Une des formes spontanées du mil) sont morphologiquement stables et leur longueur est d’environ la moitié de celle du plus petit des chromosomes A du complément ; ils sont subtélocentriques, le petit bras étant réduit à un bloc d’hétérochromatine. Ils présentent une instabilité mitotique extrême qui aboutit à un important mosaïcisme intra et intertissulaire ; leur nombre varie de 0 à 13 d’une cellule à l’autre ; au niveau des méristèmes racinaux, leur nombre évolue également avec l’âge de la plante et les variations observées varient en fonction du nombre de chromosomes B présents dans le zygote. Les chromosomes B s’apparient très facilement entre eux, ce qui permet le réalisation d’associations multivalentes diverses (bivalents à heptavalents), il n’y a pas d’effet de groupe quand le nombre de chromosomes B augmente dans la cellule. 8,28 % des chromosomes B présents subissent une ségrégation précoce au cours de l’anaphase I ; la réalisation de ce phénomène dépend de leur positionnement par rapport à la plaque équatoriale ; lorsqu’un chromosome B, univalent ou intégré dans une association multivalente, se place en position amphitélique sur celle-ci, il subit une ségrégation précoce. Les chromosomes B sont transmissibles par le pollen et par l’ovule ; dans la descendance du croisement étudié (deuxième croisement de retour sur la lignée cultivée J lo4), ils peuvent se perdre par la voie pollinique. La présence des chromosomes B induit une variabilité phénotypique intrapopulation mais celle-ci ne peut être mise en évidence que si l’on considère l’aspect global de la plante décrite par les 28 caractères étudiés, si on ne fait aucune distinction entre eux. Il y a également une corrélation entre le nombre de chromosomes B et quelques caractères individuels : les individus porteurs de chromosomes B ont des feuilles en moyenne plus larges, plus nombreuses et un nombre de talles basales plus important au début de leur développement, mais par contre une feuille-drapeau moins longue et moins large. Par ailleurs, en fin de cycle, la floraison des talles basales excédentaires est plus ou moins inhibée. L’hypothèse suivante peut donc être proposée : les plantes possédant des chromosomes B présentent une croissance plus active au début de leur développement ce qui les rendrait plus compétitives que celles qui n’en n’ont pas ; mais par la suite, lors de la floraison, elles accuseraient un léger fléchissement compensatoire. Cette variation du comportement en fonction de l’âge de la plante pourrait être à l’origine des divergences constatées dans la bibliographie sur les chromosomes B.

  • Titre traduit

    The beta-chromosomes in pennisetum : behavior in spontaneous form Pennisetum violaceum, and their transfer in cultivated lines


  • Résumé

    The B-chromosomes of some Nigerian populations of a pearl-millet spontaneous form: Pennisetum violaceum (BURM. ) Stapf and Hubb have been studied cytogenetically in relationship with the agronomic characteristics. They look morphologically stable and are very rich in heterochromatin; they show a very important mitotical instability (from 0 to 13 B-chromosomes per cell) which gives rise to an intra- and inter-tissulaire mosaicism, which depends on the number of B-chromosomes in the zygote and on the age of the plant; the chromosome pairing is very easy; they can make an early segregation in anaphase I (8,28 % independently of the number of B-chromosomes in the cell); they are transmitted by the pollen and the ovule and are lost by the pollinic transmission in the studied family. The presence of B-chromosomes (the number and the type of mosaicism) creates a phenotypical variability of general aspect of the plant, which can lead the hypothesis of an adaptive role of the B-chromosome, variable with the age of the plant. This variability could be at the basis of contradictory results and interpretations in the literature about the B-chromosomes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (134 p.-[5] f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 107-114

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris-Saclay. DIBISO. BU Orsay.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1985)185
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-034014
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.